Strona:Jerzy Lord Byron - Poemata.djvu/515

Z Wikiźródeł, wolnej biblioteki
Przejdź do nawigacji Przejdź do wyszukiwania
Ta strona została skorygowana.



Przypiski do Mazeppy.

Celui qui remplissait alors cette place, était un gentilhomme polonais, nomme Mazeppa, né dans le palatinat de Podolie; il avait été élévé page de Jean Casimir, et avait pris à sa cour quelque teinture des belles lettres.
Une intrigue, qu’il eut dans sa jeunesse avec la femme d’un gentilhomme polonais ayant été découverte, le mari le fit lier tout nu sur un cheval farouche, et le laissa aller dans cet état. Le cheval, qui était du pays de l’Ukraïne, y retourna et y porta Mazeppa demi-mort de fatigue et de faim. Quelques paysans le secoururent; il resta long tems parmi eux, et se signala dans plusieurs courses contre les Tartares. La supériorité de ses lumières lui donna une grande considération parmi les Cosaques; sa reputation s’augmentant de jour, obligea le czar à le faire prince de l’Ukraïne.


Le roi fuyant et poursuivi, eut son cheval tué sous lui; le colonel Giéta blessé et perdant tout son saug, lui donna le sien. Ainsi on avait remit deux fois à cheval, dans sa fuite, ce conquérant, qui n’avait pu y monter pendant la bataille.


Le roi allait par un autre chemin avec quelques cavaliers. Le Carrosse ou it était, rompit dans sa marche; on le remit à cheval, Pour comble de disgrace, il s’égara pendant la nuit dans un bois: là, son courage ne pouvant plus suppléer à ses forces épuisées, les douleurs de sa blessure devenues plus insupportables par la fatigue, son cheval étant tombé de lassitude, il se coucha quelques heures au pied d’un arbre, en danger d’être surpris à tout moment par les vainqueurs qui le cherchaient de tous cotés.
Voltaire, Histoire de Charles XII. p. 191, 220, 221.


„Mazeppa z konfuzyą wyszedł z Polski, a to z téj przyczyny. Na Wołyniu miał wioskę w sąsiedztwie z Falibowskim, któremu znęcił się był do domu, nie wiem po co; że zaś tam przebywał często, kiedy Falibowski wyjechał, dopowiedzieli o tém panu domownicy, ci osobliwie, co karty zapraszające nosili i byli świadomi owych konwersacyj. Pewnego czasu założył sobie Falibowski drogę jakąś daleką, pożegnał się z żoną i wyjechał. Stanął zaś na tym trakcie, którędy Mazeppa przejeżdżał, aż tu bieży z kartą